En Suisse, divorcer d’un commun accord peut même (quasiment) se faire en ligne !

Dans un monde de plus en plus mobile, on tend à divorcer plus souvent. C’est ce que montrent les chiffres. Ainsi qu’on peut le découvrir dans les pages de divorce.ch (https://divorce.ch/ ), si, en Suisse, un tiers des mariages se terminait par un divorce dans les années 80, on en est aujourd’hui à environ la moitié.

Le consentement mutuel : une procédure prisée

On y découvre aussi que la très grande majorité des divorcés d’aujourd’hui (9 sur 10 !) l’ont fait de manière simplifiée, en optant pour le divorce « par consentement mutuel ». Il faut dire que cette procédure est vraiment beaucoup moins couteuse (en tout : en argent, en temps, en stress…), que la procédure classique. Elle est ouverte à tous les couples à deux conditions : il faut qu’à minima un des deux époux soit domicilié en Suisse (peu importe leur nationalité), et qu’ils soient d’accord pour divorcer.

La médiation, une aide pertinente pour un divorce à Genève (ou ailleurs…)

Source : www.divorce.ch

On peut même « divorcer par Internet » !

Grâce à divorce.ch, un site lancé par un avocat en 2007, il est même possible, en Suisse, de divorcer par Internet ou presque. Le site vous demande de remplir un questionnaire, avant de vous envoyer la « convention de divorce suisse » et la requête à adresser au tribunal, ainsi que la marche à suivre.

L’aide possible d’une médiation

Attention, pour pouvoir ainsi divorcer en ligne, il faut que le couple se soit entendu sur la répartition des biens, sur le devenir du domicile conjugal, etc. Cela dit, s’il n’y parvient pas, il peut toujours faire appel à un médiateur.